Le coin des lecteurs

L'âme des animaux

de Jean Prieur


Si l'on entend par âme la partie incorporelle de l'être, le siège de la sensibilité, de l'entendement et de la volonté, la source des pensées, des attachements et des passions, oui, les animaux ont une âme.
Si l'on entend par âme le courage, les sentiments élevés, les instincts généreux d'une individualité considérée du point de vue moral, oui, les animaux ont une âme.
Si l'on entend par âme un principe immatériel se séparant du corps à l'heure de la mort.
Si l'on entend par âme un double de l'être à la ressemblance du vivant qu'il fut et lui permettant de continuer à vivre dans un autre monde, et de se manifester en celui-ci, oui, les animaux ont une âme.


Les Egyptiens, les Grecs, les Perses, les Indiens n'en ont jamais douté.
Mais en Occident, Descartes affirme, contre toute évidence, que les animaux ne sont que des automates.
Secouant le joug du rationalisme et du matérialisme, Jean Prieur, se fondant sur la tradition ésotérique universelle et sur mille faits d'observation quotidienne, remet tout en question. Le dossier qu'il présente ici ne permet plus le doute : oui, les animaux ont une âme.


L'âme des animaux, Jean Prieur, Editions Robert Laffont, 1986, 288 pages

Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious
Pour l'amour de Finette


de Remo Forlani


Le jour où les Allemands entrent dans Paris, Adrienne, jeune et rieuse bonne à tout faire, se retrouve seule, absolument seule, dans le passage Sainte-Delphine (Paris XIe). Elle est sur le point de succomber à l'angoisse lorsqu'elle découvre une adorable petite chatte de gouttière aussi perdue qu'elle...
Par amour pour Finette, Adrienne deviendra une Madame Noé. Durant toute l'Occupation, son seul souci sera de sauver le plus grand nombre d'animaux possible. Les plus cocasses et les plus insolites quadrupèdes passeront dans son giron, traînant à leurs trousses de bien curieux humains...



Collection Folio (n° 1628), Gallimard
Parution : 14-06-1985
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious
Gouttière


de Rémo Forlani


Aujourd'hui elle s'appelle Lucie et connaît l'amour-passion qui donne envie de ne rien faire d'autre que de savourer un bonheur immense et... ronronner.
Auparavant, elle avait connu joies et tourments, avanies, vicissitudes, désastres, bref, tout ce qui constitue le lot d'une «gouttière».
Chatte mal aimée puis perdue, chatte voleuse, en cavale, chatte de drame avec dame, grand fauve sauvage ou chatte névrosée, chatte, en somme, et qui a appris à vivre, elle fait surtout l'apprentissage de la volupté. De toutes les voluptés.
Aujourd'hui, donc, elle s'appelle Lucie. Elle est aussi «en personne» la narratrice avisée et délicate de Gouttière.


Poche -1991
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

Une histoire à lire à tous les enfants

Cliquez sur l'image


Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious


Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS
Site web créé avec Lauyan TOWebDernière mise à jour : jeudi 8 juin 2017